le cabinet d'amateur artistes expositions archives accueil Facebook Twitter Contact Instagram Facebook / Twitter / Contact

 

Duos

05.07.2018 > 22.07.2018

« Duos et plus si affinités ! »

Ardif - Codex Urbanus - Nadège Dauvergne - Ender - Juan Fantôme - Philippe Hérard - Levalet - Matt_tieu - Murmure - Nosbé - Saint-Oma - TocToc - Zariel...

Vernissage le jeudi 5 juillet à partir de 18 heures
Exposition du jeudi 5 au dimanche 22 juillet 2018

Le cabinet d'amateur sera fermé exceptionnellement le samedi 7 et du 13 au 16 juillet.

Collaborations, partages, interactions sont les maîtres mots de cette exposition. Pratique courante dans le milieu de l'art urbain, les artistes se sont concertés pour créer en duos ou parfois en trios. Des expériences uniques et des rencontres esthétiques qui donnent vie à des œuvres que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

17.07.2018 > 22.07.2018

« Duos et plus si affinités ! » - Part 2

Ardif - Codex Urbanus - Nadège Dauvergne - Ender - Juan Fantôme - Philippe Hérard - Levalet - Matt_tieu - Murmure - Nosbé - Saint-Oma - TocToc - Zariel...

Exposition du mardi 17 au dimanche 22 juillet 2018
Nouvel accrochage !

18.07.2018

« Duos et plus si affinités ! » - Live

Codex Urbanus et Zariel seront présents pour un live in situ !

Le mecredi 18 juillet à partir de 18 heures

25.07.2018 > 29.07.2018
Codex Urbanus

Codex Urbanus « Remontée d'égouts »

Vernissage le mercredi 25 juillet à partir de 18 heures
Exposition du mercredi 25 au dimanche 29 juillet 2018

Vous avez raté le Solo Show de Codex Urbanus dans la Visite Publique des Égouts de Paris en juin dernier ? Vous y êtes allé et une créature vous hante depuis et vous voudriez bien l’adopter ?

Ça tombe bien, un petit accrochage pirate est prévu mercredi prochain au cabinet d’amateur, avec les créatures et leurs mythes urbains respectifs, les dessins à la plume et autres fantaisies étranges...

Et en avant-première, vous pourrez acheter le catalogue de l’exposition, signé et numéroté, reprenant l’intégralité de cette aventure pour 30 €.

https://www.facebook.com/events/1857849564521272/

Ardif est un street artiste français basé à Paris. Durant ses études d'architecture il s’intéresse à l’esthétique du bâtiment et de la machine à différentes échelles. Aujourd’hui, son travail d'affichage de rue explore les possibles hybridations entre architecture/machine et nature. Sa série des « mecanimals » est l’illustration de cet univers graphique et est visible sur les murs de la capitale. La symétrie naturelle de l'animal permet une composition qui joue sur le contraste des matières, des échelles et des textures. Cette faune urbaine crée un contraste qui vient nous questionner sur l'impact de l'artificialisation de la nature ou, à l'inverse, de l'instinct sauvage et primitif à retrouver dans notre vie urbaine.

Codex Urbanus est né à Paris en 1974, puis plus tard à Black Rock City. Trop à l'étroit dans un monde d'experts et d'étiquettes, malmené par des paradigmes économiques et sociaux aliénants, il navigue entre des univers éloignés, allant de l'art à la finance, de l'écriture à la justice, des catacombes à l'opéra. De ces voyages il ramène des images et des émotions qui deviennent son moteur créatif. Il valorise principalement le côté unique et éphémère de l'Art Urbain, autant comme don à la communauté que comme thérapie contre la folie du monde.

Nadège Dauvergne est née en 1973 à Ouagadougou, au Burkina Faso. Elle vit et travaille près de Méru, dans l'Oise. De 2010 à 2014 mon travail tourne autour du monde de la consommation et de l'art et se traduit par le dessin auquel je suis profondément attachée. Pour ce travail, je mélange images issues de catalogues à celles de la peinture classique. Les deux univers se télescopent alors sur le papier calandré avec un dessin aux marqueurs Posca en superposition et offrant alors une nouvelle situation. L'Olympia de Manet devient « Cadeau Bonus », Léda et le cygne se retrouvent au cœur des « Tentations de saison » et la Mort de Carlos Shwabe se penche cette fois sur le corps d'une blonde lascive et son couvre-lit à -30%. Même Ève profite de promotions alléchantes... dans la limite des stocks disponibles bien sûr.

Ender, né en 1973, a vécu 25 ans dans le quartier de Belleville à Paris (haut-lieu du street art parisien dans les années 80), des murs qui marqueront le petit garçon qu'il était. Il est comédien professionnel depuis une vingtaine d'années. Le plus souvent, ses interventions dans les rues, sont des pochoirs réalisés préalablement sur papier et collés sur les murs. Le choix du collage plutôt que de la peinture directe sur le mur provient d'une double nécessité.
Juan Fantôme est né dans le Val d’Oise au milieu des années 70, Jean-Charles de son vrai prénom, découvre la culture skate courant des années 80, arrivée significative d’une culture naissante et riche d’illustrations. Passant le plus clair de son de temps à parcourir les rue à plusieurs, la motivation d’y laisser une empreinte « imagée » le pousse à se créer diverses signatures sous l’influence d’amis…Juan de Jean qui deviendra plus tard Nuaj son alter-ego fantomatique. L’exposition permanente à ciel ouvert le long des voies ferrées banlieue nord-Paris, l’emmèneront inévitablement au dessin, de la lettre aux personnages, toujours sous l’influence de la culture imagée du skate. Au milieu des années 90, Juan vient étudier à Paris en école d’art, il y habite et y travaille aujourd’hui. Il puise son inspiration dans la période du symbolisme, du pop surréalisme des Yokai Japonais. Les artistes influents vont de Jim Phillips à Charles Burns, mais aussi Hokusai, Kuniyoshi, Hayao Miyazaki, Junji Ito, Mœbius, Bernie Wrightson, Richard Corben… ainsi que de vielles BD de Science fiction et d’horreur tel que Eerie, Creepy, tales from the Crypt etc… Son travail évolue dans un univers onirique et organique parsemé d’êtres étranges.
Philippe Hérard est né à Châlons-en-Champagne en 1966. Il se consacre dès l’adolescence à la peinture. Ses oeuvres (acryliques sur toile) sont exposées en galeries ainsi que dans divers salons en France et à l’étranger. Depuis 2009, Philippe Hérard complète son travail sur toile en déclinant ses personnages anonymes sur papier, qu’il colle sur les murs de Paris et d’ailleurs...

Levalet, de son vrai nom Charles Leval est né en 1988 à Epinal. Il grandit en Guadeloupe, région où il entre au contact de la culture urbaine, puis des arts plastiques. Il poursuit ses études d'arts visuels à Strasbourg ; son travail, alors davantage tourné vers la vidéo, se nourrit d'une pratique théâtrale assidue. Il obtient l'agrégation en 2012, année où son travail commence à prendre place dans les rues de Paris. Il a depuis participé à de nombreuses expositions dont plusieurs Solo shows, et participé à quelques rencontres internationales. L'œuvre de Levalet est avant tout un travail de dessin et d'installation. Il met en scène ses personnages dessinés à l'encre de chine dans l'espace public, dans un jeu de dialogue visuel et sémantique avec l'environnement présent. Les personnages interagissent avec l'architecture et se déploient dans des situations frôlant souvent l'absurde.

Matt_tieu est un artiste autodidacte basé à Paris. Il dessine des visages et des animaux depuis son enfance et investit les rues parisiennes depuis 2015. Son principe est de s'approprier au gré de ses rencontres, les ardoises de café, les murs, les panneaux en bois, ou encore le béton du Métro. Sa démarche est spontanée et sans préparatif particulier, ce qui lui permet de s'adapter aux supports qu'il croise sur son chemin. Ses visages adoptent une posture neutre et apaisée, tournés vers les passants, les invitant à prendre du recul sur leur quotidien. Il utilise la craie pour réaliser ses œuvres, ce qui donne un côté éphémère à ses réalisations et permet de ne pas dégrader les supports choisis. 

Murmure, emmené par Paul Ressencourt et Simon Roché, repose sur la contemplation de l'espace urbain et la mise en valeur (ou parfois la critique bienveillante) des interventions qui couvrent les murs de la ville. Par l'apposition de personnages réalisés en dessin à l'échelle, le message sous-jacent se trouve modifié. Disposés avec le souci du réalisme, les œuvres créent des scènes singulières aux significations ouvertes. Ces interventions permettent au spectateur de projeter sa propre vision de l'histoire qu'elles racontent tout comme son évolution participative.
Nosbé, trentenaire originaire de la banlieue sud de Paris, se passionne pour le dessin dès son plus jeune âge. Très vite, son trait oscille entre le figuratif proche de l’art océanien (il a vécu 4 ans à Tahiti) et le dessin automatique. C’est en 2003 qu’il commence à peindre sur mur à la bombe aérosol par l’entremise du graffeur Shaka. Créé en 2005, leur crew PPA (Petites Peintures entre Amis) repose sur la création de « cadavres exquis » fourmillant de détails et de couleurs. La technique de Nosbé ne cesse de s’affiner sur mur et sur papier, tout en se focalisant sur l’élaboration de compositions énigmatiques et obsessionnelles mêlant chimères, visages, plantes et formes organiques. Ses influences vont de Jean Dubuffet à Robert Crumb en passant par les Arts Premiers et les pochettes de heavy-metal. A partir de 2010, Nosbé commence à peindre en solo, se focalisant sur des créations principalement en noir et blanc. Ce travail fait l’objet en 2014 d’une monographie inttulée « Horror Vacui » aux Editions Critères (coll. Opus Délits n° 48). Fort de 10 ans d’expérience et d’une activité murale prolifique qui s’inscrit dans la lignée d’un graffiti conceptuel, Nosbé invite l’observateur à laisser libre cours aux vagabondages de l’esprit.
Saint-Oma aka Thomas Durcudoy est né 1973. Issu des Beaux-Arts, Saint-Oma est un dessinateur d’idées. Il pratique tout autant le dessin que la peinture sur toile. Un des aboutissements de ses travaux est le collage sur les murs de Paris. Parallèlement à son travail à la bibliothèque des lettres de l’ENS et son travail d’animateur 2D en freelance, il remplit inlassablement ses carnets de dessins pertinents et empreints d’actualité. Il se joue des expressions, des jeux de mots et des métaphores. Il a été représenté par la galerie Agnès B. au salon Drawing Now 2014 à Paris.
Les dessins en noir et blanc de Saint-Oma donnent une priorité à la narration par l’image. Le fil conducteur est une réflexion noire et amusée, une observation tragi-comique de notre condition. La société et ses travers, le rapport à soi et le rapport aux autres en sont le socle, faisant écho à notre manque de distance, à nos limitations, au dépassement, à la lutte, à l’éternelle retour, à l’asservissement, au rapport victime/bourreau, à nos croyances et nos dépendances...
TocToc crée le premier Duduss, en septembre 2011. Mes Duduss sont des personnages que je crée à la forme toujours identique et synthétique représentant à chaque fois une personne connue différente. Jésus Duduss, Punk Duduss, SuperDuduss, BatDuduss, Duduss Einstein... Tous mes Duduss sont des personnages - acteurs, chanteurs, poètes, réalisateurs - qui m'inspirent et qui correspondent à mon univers. Je fais voyager mes Duduss sur les murs de Paris et du reste de la France. Le fait de travailler dans la rue est important pour moi car je peux faire plus ou moins ce que je veux, quand je veux et presque où je veux pour exposer au mieux mes personnages.

Zariel est un artiste illustrateur vivant à Paris.
...Bon, c'est pas une intro géniale mais c'est déjà bien...

Jeune, il aime la SF et les comics, ensuite il vieillit et aime toujours ça...
... super ta phrase, déjà que tu parles de nous à la troisième personne, en plus tu racontes des banalités...

Voulant travailler le plus tôt possible, il commence en alternance dans les arts graphiques à l'âge de 16 ans. Imprimerie, pré-presse, photo, édition et maintenant illustrateur indépendant.

Zariel...
... Zariel…pfff tu t’appelles pas Zariel… c'est nos parents qui doivent être contents que tu caches le nom qu'ils nous ont donné...

Donc, Zariel... s'inspire de pas mal de trucs et aime des trucs aussi...
...non mais tu raconte nawak' là !

…Ça y est il boude.

… Non mais oh ! Tu crois vraiment que les gens qui lisent ta bio, pensent que tu essaies une figure de style et que tu sais ce que tu fais ?
Tu sais pas quoi dire c’est tout, avoue !

Si
Je dois dire que j’aime particulièrement l’univers de Lovecraft, et que j’essaie de mélanger mes références picturales et littéraires pour réaliser mon travail. Et que, depuis quelques années, je suis installé à mon compte dans le XIe arrondissement de Paris et que je travaille sur des projets d’éditions (BD, livre illustré) ainsi que sur des expos dans toute la France.

…Bah voilà, quand tu veux.

 

Le cabinet d'amateur
12 rue de la Forge Royale
75011 Paris

du mardi au samedi de 14 à 19 h
et le dimanche de 14 à 17 h

/ plan d'accès /
/ pour en savoir + /

Pour être informé des expositions et des événements, recevoir les invitations aux vernissages, inscrivez-vous à la lettre d'information du cabinet d'amateur.

LCDA